STOP JE CHANGE DE VIE

Nouvelle écrite par Emma LERYO

Extrait:

Chapitre 1 : Novembre 2015

23h45, le film se termine. Damien attrape la télécommande pour couper la télévision.
— Allez, il est temps d’aller se coucher…
Avant qu’il ne l’atteigne, je me lance dans son cou et m’y blottis.
— Non, pas déjà, si on va se coucher, ça veut dire qu’on va se lever, et se lever veut dire qu’on va bosser… Je ne veux pas… viens, on reste encore un peu…
— Bon alors on regarde juste encore une petite série et ensuite on va au lit… Me dit-il en me regardant tendrement avec ses yeux pourtant très fatigués.
La série n’est même pas terminée que j’ai déjà retrouvé les bras de Morphée. Juste d’être dans ses bras, dans le seul endroit sur terre où je me sens si bien, à la bonne température, entourée de son amour et de sa douceur, en général suffit pour me calmer, me détendre… Il se lève sans me réveiller, coupe la TV, va vérifier que les portes et fenêtres et lampes sont bien fermées partout puis revient me chercher. Il me réveille en douceur pour que j’aille me coucher. Ce que je fais dans un état comateux sans ronchonner.
6h30, son réveil sonne. Une sonnerie suffit pour le lever. Il saute du lit et file directement dans la salle de bain. Une fois sa douche prise, il se rase. C’est le bruit du rasoir que j’entends en premier. Mon réveil sonne juste après, mais je l’éteins instinctivement sans y prêter attention. Je suis juste rassurée. S’il se rase, c’est qu’il est réveillé et que j’ai encore quelques minutes pour somnoler.
Je ne sais pas si pendant ces quelques minutes le sommeil est efficace, mais je sais que je les aime bien ces minutes. Ce sont celles de la liberté. Oui, celles qui vous permettent de ne pas obéir au réveil et aux diktats des horaires. Celles qui vous octroient le droit de « rêver ». Bref, mes préférées ! Et ce sont celles aussi qui précèdent un autre de mes moments préférés de la journée, quand Damien s’approche du lit, s’assoit et me réveille en douceur avec une caresse de sa main chaude, emplie de tendresse, et qui est suivie par un doux baiser.
Mais, bien que répété tous les matins, cet instant reste pourtant éphémère… et très vite, vous réalisez l’heure qu’il est, le jour qu’il est, et votre doux moment s’assombrit en quelques secondes et la vie réelle vous rattrape et vous saute à la gorge ! Le rythme de votre journée est mis en accéléré en quelques millièmes de seconde. Et ce si joli moment est définitivement terminé. Maintenant il faut se préparer, préparer les gamins et aller bosser !
Bon, préparer les gamins, c’est un bien grand mot parce que cela commence à faire un bail que ce n’est plus moi qui m’occupe d’eux les matins ! Et ça me contrarie énormément, mais c’est le choix que nous avons fait… enfin, c’est le choix qui s’est imposé de par notre situation professionnelle.
En effet, Damien a créé sa société il y a 2 ans et elle n’est pas encore stable… Il a créé son propre bureau d’études d’aménagement foncier. Il pratiquait cette activité auparavant pour une petite structure à 50 km de chez nous, mais ne s’y plaisait pas et n’avait pas la possibilité d’évoluer. De plus, les longs trajets étaient devenus une source de stress pour notre logistique familiale. Il devait être à l’heure pour récupérer nos enfants à la crèche, mais la distance et les bouchons rendaient le tout compliqué. Alors il a décidé de faire ce travail à son compte à notre domicile. Cela permettait de réduire à néant tous les inconvénients de son quotidien. Cependant, être récemment à son compte et être salarié d’une entreprise déjà établie ne procure pas les mêmes revenus. Il faut décrocher des appels d’offres, dans son domaine, et attendre les paiements une fois l’étude terminée avant de se payer. Ça n’a donc rien à voir avec le salarié qui, lui, a un salaire régulier toutes les fins de mois, étude finie ou non… Alors pour le moment, même si nous avons gagné en confort de vie, sa société ne nous permet pas encore d’en vivre sereinement. Il ne peut en effet pas encore avoir un salaire régulier et important. En revanche, le temps qu’il a gagné sur les trajets lui permet d’avoir du temps pour s’occuper de gérer la marmaille. Étant un excellent papa, non-macho pour un sou, cela ne lui pose aucun problème. Il gère très bien tout le monde. Il faut dire qu’il cumule les qualités ! Il est patient et organisé ! Parfait pour la logistique matinale et celle du début de soirée. Vous savez, celle des devoirs et des douches. Le moment où les gamins sont à la fois fatigués et énervés et donc bruyants et irritants. Un vrai moment de bonheur !
Donc le matin, il est réveillé très tôt, et s’occupe de gérer nos petits. Préparation des tartines et du lait chaud, choix des habits du jour, repassage des fringues si besoin, vérification du brossage des dents, et même coiffage des filles (bon ce sera une couette tous les jours du coup !).
Et pendant ce temps-là, je me lave, me sèche, me maquille, me coiffe et cherche quels vêtements je vais pouvoir mettre… évidemment, aucun de ceux présents et prêts dans mon armoire ne me conviennent… je descends donc m’en repasser des autres… faire des essayages… et pendant ce temps, l’horloge tourne… je n’ai pas encore déjeuné que mes petits loups sont tous réveillés, ont tous déjeunés et sont tous prêts à partir à l’école ! Avant je partais vers 7h45. Aujourd’hui, il m’arrive même de partir en même temps qu’eux, à 8h20, voir après !
Je travaille à 20 km de chez moi comme contrôleur de gestion dans une grande entreprise industrielle. Comment en suis-je arrivée à ce métier ? Bonne question… Pas par vocation initiale, c’est certain…

Venez découvrir la suite et fin de cette histoire en partie autobiographique !

Acheter via Amazon.fr

Share Button